Ode à l'arcane sans nom

 

 

 

Vieux squelette

 

J'ai découvert

Dans le sein aride d'un vieux squelette

Un trésor oublié

Entre les cotelettes

Un joyaux d'une étrange beauté

Bizeauté

La beauté luisante d'un oeil goguenard

Tout heureux de sa farce.

 

Inhumé depuis

On ne sait quand

Par on ne sait qui

Il riait de toutes ses dents

Enfin celles qui restaient...

D'un rire infini qui grinçait

De cette infinie et incertaine plénitude

Qu'on nomme le printemps.

Ainsi, j'ai vu l'enfant hilare

Surgir de l'os

 Comme l'éros

 En un serpent de fleur

 

 

 

Hourra vers la nuit!

Hourra vers le jour!

Hourra vers les belles heures!

 

Il s'est mis à danser

De ses cliquetis d'échalas

Drôle et charmant

Comme le prince Gautama

Et la fleur entre les 4 dents

Et les cotelettes offertes

Au cri du premier vivant

Il s'est mis à crier:

 

Hourra à la nuit!

Et Hourra au jour!

Hourra aux belles heures!

 

 

Alors, vers l'horizon de joie

Le squelette jeta un a un

Ses os

Comme des superflus

Comme des oripeaux

Cizaillant de ci, de là

Aux vautours, aux hordes de chiens

Aux grouilles de fourmis

Les derniers morceaux.

 

A la fin,

Il n'est rien resté d'autre

Que le joyaux

Et la fleur de lotus

Sur le crâne épanouie.

 

( Chant d'eveil achevé le soir de la pleine lune et dédié aux biens des êtres qui craignent la mort) 

 

 

 

 

en

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • sévy
    • 1. sévy Le dimanche, Février 08, 2015
    Il était une lune,

    un lien entre ciel et terre
    entre torpeur et lumière

    entre corps et Ame
    entre femme et animal

    entre Saint et démon
    entre moi et moi , entre oui et non. ...

    Il était cet éclairage
    tantot étoile tantot nuage
    Au fond plutôt une belle image
    quand on en maitrise l allumage...

    Il était ce rendez vous
    dans ce ciel pas toujours flou
    ce moment entre chien et loup
    qui fait remonter les cailloux

    Il était enfin
    toujours un peu plus loin
    cette quête ,ce chemin,
    ce reve de gamin...

    Parce qu Il était une lune,
    Parce qu il était un soleil
    et dans le même ciel
    ces lumières qui ne font qu une.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×